Artist Name
James Brown
(1 users)




Members
1 Male

Genre
Soul

Mood
Excitable

Style
Urban/R&B

Origin
Barnwell, USA

Born

1933

Formed
1954

Ended
2006

Alternate Name
James Joseph Brown Jr.

Most Loved
Get Up (I Feel Like Being a (1)
I Got You (I Feel Good) (1)
It's a Man's Man's Man's Wo (1)

Music Videos
It's a Man's Man's Man's
I Got You (I Feel Good)

Upcoming Shows
Artist Retired

Artist Biography
James Joseph Brown Jr. (3 mai 1933 - 25 décembre 2006) était un musicien, chanteur, auteur-compositeur, danseur et producteur américain. Un des initiateurs du funk, il est fréquemment surnommé "The Godfather of Soul". Tout au long d'une carrière qui a couvert six décennies, Brown est l'une des figures les plus influentes de la musique populaire du xxe siècle et est réputé pour ses performances scéniques.

Il existe une polémique autour de la date de naissance de James Brown. Bien qu'il prétende être né en 1933 à Barnwell (Caroline du Sud), certains pensent qu'il serait né en réalité en 1928. Il aurait menti sur son âge par coquetterie. Quoi qu'il en soit, ses parents déménagent peu de temps après sa naissance, à Augusta (Géorgie) et sa mère l'abandonne ; il est alors confié à sa tante.
La famille étant pauvre, le jeune James l'aide en ramassant du coton chez les propriétaires environnants ou en cirant les chaussures dans le centre-ville. À cette même époque il commence à se produire dans les salles de danse de la région d'Augusta mais il tombe petit à petit dans la délinquance. À 16 ans, il commet une attaque à main armée pour laquelle il est condamné et incarcéré dans un centre de détention juvénile. Trois ans plus tard, sa peine est allégée et il est relâché à la condition de ne pas retourner à Augusta et de trouver un emploi stable.
En 1952, lors d'un match de baseball opposant l'équipe de la prison à une autre de l'extérieur, il rencontre le chanteur Bobby Byrd et se lie d'amitié avec lui, au point que sa famille l'aide à sortir de prison. Il intègre son groupe de rhythm and blues, The Avons, fait évoluer son style et le renomme rapidement The Famous Flames puis James Brown with The Famous Flames. Le groupe se produit principalement dans le Sud des États-Unis puis connaît le succès en 1956 avec le hit Please, Please, Please, qui s'écoule à 1 million d'exemplaires. James Brown s'y inspire déjà de la façon de chanter de Little Richard, suppliante, qui restera un des éléments caractéristiques de son style.
Malgré ce succès, les neuf suivants sont tous des échecs et le producteur du groupe est prêt à rompre leur contrat pour y renoncer devant le succès du neuvième, Try Me (1958), qui se place directement numéro 1 des titres R&B. Ce nouveau hit est suivi d'autres succès, I'll Go Crazy (1959) et Bewildered (1960).
Night Train (1961) est considéré aujourd'hui comme le premier album caractéristique de James Brown, avec un son instrumental mis en avant, un rythme très présent et rapide, qui marque profondément dès sa sortie. La majorité des chansons du groupe étant écrite ou coécrite par James et son charisme surpassant tout, il s'impose naturellement au point que les autres membres du groupe deviennent de simples accompagnateurs du chanteur.
En 1963 sort Live at the Apollo. James Brown et les Flames, évincés par leur manager qui voulait des spectacles conventionnels, donnent malgré tout ce concert et paient de leur poche l'enregistrement, ce qui ne s'était jamais vu alors et qui reste très rare aujourd'hui. La performance survitaminée du chanteur et des musiciens du Live at Apollo assurent la notoriété nationale.
James Brown sort une série de titres qui deviennent tous des numéros 1 dans les classements R&B : Out of sight et Night train en 1964 Papa's Got A Brand New Bag et I Got You (I Feel Good) en 1965. Ces titres représentent un important travail de la deuxième période de sa discographie, car ils amorcent le ton funky, sans que ce soit encore du funk à proprement parler.
En 1967, Cold Sweat pose le premier jalon du funk. Les critiques musicales voient dans Cold Sweat un point d'orgue de la musique de années 1960 et 1970, considérant le titre comme une démarcation au niveau des paroles et de l'arrangement musical. Le nouveau son de James Brown, le funk, qui va atteindre l'apothéose entre 1969 et 1974, se caractérise par une claire rupture avec le côté guilleret et mielleux, caractérisé par les contemporains de James Brown, par un son brut et sans fioritures, par les cuivres, la basse et la batterie, jusqu'à lors relégués en arrière plan, mis au centre du mix stéréo et par un chant moins mélodique, se glissant dans la pulsation rythmique de l’ensemble.
À partir de Cold Sweat, toutes les chansons de James Brown jusqu'au début des années 1970 font place à l'affirmation de soi, à l'entraide communautaire et à la sexualité. Les batteurs Jabo Starks et surtout Clyde Stubblefield introduisent des rythmes de batterie complexes et accrocheurs, les cuivres (Fred Wesley au trombone, Maceo Parker et Sainclair Pinckney au saxophone) et la basse exécutent des lignes syncopées.
Pendant cette période Funk (1967-1974), James brown nomme quatre chefs d'orchestre successifs Nat Jones (batterie) en 1966-1967, Maceo Parker (sax alto) en 1967-1968, Pee Wee Ellis (sax ténor) de 1968 à 1970 et Fred Wesley (trombone) de 1970 à 1974.
James Brown emploie des musiciens et des arrangeurs issus du jazz mais, en tant que leader et auteur, il privilégie la simplicité du rythme R&B à la complexité et la précision du jazz. Le groupe inclut le trompettiste Lewis Hamlin, le saxophoniste Alfred « Pee Wee » Ellis, le guitariste Jimmy Nolen (qui impose des riffs simples pour chaque chanson) et le saxophoniste Maceo Parker.
D'autres formations temporaires ont inclus le chanteur Bobby Byrd, le batteur John « Jabo » Starks, Clyde Stubblefield, Melvin Parker (frère de Maceo), le saxophoniste St. Clair Pinckney, le trombone Fred Wesley et le guitariste Alphonso Kellum.
À la fin des années 1960, Brown redéfinit encore son style avec I Got the Feelin, Licking Stick-Licking Stick (1968) et Funky Drummer (1969). Dans ces titres, il abandonne le chant traditionnel pour une approche plus rythmique calquée sur la musique.
Régulièrement apparaissent des parties parlées, directement au public. Il introduit aussi beaucoup de ruptures de rythmes et de breaks, il déstructure.
Ses chansons se politisent, constituent une critique de la société, les meilleurs exemples étant Say It Loud (I'm Black and I'm Proud) (1968) et I Don't Want Nobody to Give Me Nothing (Open Up the Door I'll Get It Myself) 1970).
Ce nouveau style, le funk, influence beaucoup d'artistes comme Sly and The Family Stone, The Temptations, toute la Motown, jusqu'aux nouvelles générations, dont Michael Jackson ou Prince. James Brown est aussi l'artiste le plus samplé, que ce soit par des DJ ou d'autres artistes.
En 1970, la majorité des membres du groupe de James Brown l'a quitté pour de meilleures opportunités. Il crée donc un nouveau groupe avec Bobby Byrd incluant le bassiste Bootsy Collins, le guitariste Catfish Collins et le tromboniste Fred Wesley. Ce nouveau groupe est baptisé The JB's et fait ses armes avec le titre Get Up (Sex Machine).
Brown achète des stations de radio et crée son propre label chez Polydor, People, dans lequel il produit aussi certains de ses amis (dont Bobby Byrd, Lyn Collins, Myra Barnes, et Hank Ballard). Il s'est beaucoup investi dans les albums qu'il a produits.
Ses productions personnelles à cette époque résument les innovations musicales des vingt années précédentes ; c'est l'époque de The Payback (1973), Papa Don't Take No Mess (1974), Funky President (1975), Get Up Offa That Thing (1976)… En 1973, il signe aussi la bande originale du film blaxploitation Black Caesar.
Miles Davis et d'autres musiciens de jazz citent alors James Brown comme une influence majeure sur leurs styles.
À la fin des années 1970, Mr Dynamite a déjà définitivement assis son statut de star. Son groupe se sépare encore, chacun ayant ses propres ambitions, comme Bootsy Collins. C'est alors l'avènement du disco, et le chanteur, qui avait anticipé le mouvement y participe un peu.
À partir de cette période, il est beaucoup moins prolifique. En 1983, James Brown invite sur scène au cours d'un concert à l'Apollo ses « successeurs » Michael Jackson et Prince qui faisaient partie des spectateurs. Jackson réalise alors des pas de danse rapides et précis plus proches du style de Brown que du sien, ainsi que son célèbre pas de danse le Moonwalk. Prince monte également sur scène pour jouer de la guitare et danser, lui aussi fera honneur à James Brown en exécutant le Trick avec le micro caractéristique de celui-ci. Le public est conquis.
Il adopte un style musical plus grand public, il obtient un rôle de prêtre déjanté dans le film The Blues Brothers et est l'un des interprètes de la bande originale. Il apparaît également dans Rocky 4 avec le titre Living in America (1985). Il collabore aussi avec des groupes hip-hop (Static en 1988). Il enregistre aussi en duo avec le rappeur Afrika Bambaataa, Unity en 1984.
À partir de la fin des années 1980, malgré un réel retour en haut des charts, the Godfather of Soul se fait surtout remarquer pour ses démêlés judiciaires.
En 1988, il est arrêté pour excès de vitesse puis emprisonné pour détention d'armes et consommation de PCP. Il est condamné à 6 ans de prison (peine commuée en 3 ans, il sort en 1991).
Jusqu'à sa mort, il alterne entre périodes de désintoxication, arrestations pour possession de drogue ou pour violences conjugales, mais aussi périodes où il continue à enregistrer et à se produire à travers le monde.
En 2005, il chante en duo sur une chanson avec les Black Eyed Peas sur leur album Monkey Business intitulée They Don't Want Music.
Le 23 décembre 2006, James Brown, malade, se rend avec quelques heures de retard à un rendez-vous chez son dentiste à Atlanta (Géorgie) pour une implantation dentaire. Durant cette visite, le dentiste de James Brown s'est aperçu que le chanteur semblait « en mauvaise santé et très fatigué ». Plutôt que de réaliser l'implantation dentaire, le dentiste lui conseille de consulter un médecin concernant son état de santé.
Le lendemain, il est admis à l'Emory Crawford Long Hospital d'Atlanta où les médecins diagnostiquent une pneumonie. Selon Charles Bobbit, manager et ami personnel du chanteur depuis de longues années, James Brown souffrait de sévères quintes de toux depuis qu'il était revenu d'un voyage en Europe en novembre 2006.
Bien que James Brown ait dû annuler des concerts imminents à Waterbury (Connecticut) et Englewood (New Jersey), le chanteur espérait que les médecins le laisseraient quitter l'hôpital à temps pour des concerts prévus lors du passage à l'année 2007. En effet, il était prévu qu'il chante au Count Basie Theatre (New Jersey) et au club de blues de B.B. King à New York. Il devait aussi chanter une chanson en direct sur la chaîne de télévision CNN. Mais Brown est resté hospitalisé et son état de santé s'est fortement dégradé tout au long de la journée.
James Brown meurt le 25 décembre 2006 à 1 h 45 (heure locale) d'une insuffisance cardiaque congestive, causée par une complication de sa pneumonie, à l'âge de 73 ans.


Clearart


Fanart


Banner

Status
Unlocked - Last Edit - 01/Oct/14

Data Complete
90%

Store Links
Buy Amazon